← Retour au site d'IFMSA-Québec

Émilie Blais

Première entrée (ou pourquoi suis-je impliquée dans IFMSA)

Bonjour à tous! D’abord, je m’appelle Emilie, étudiante en médecine deuxième année à l’université de Sherbrooke, campus Chicoutimi. Depuis cet automne, j’occupe les fonctions de coordonatrice locale du comité de santé mondiale (LOGH). Et brièvement, j’aimerais vous raconter ce qui m’a poussée à m’impliquer dans IFMSA…

Juste avant mon entrée en médecine, je suis partie avec trois mois sillonner l’Inde. Ce n’était pas mon premier voyage, mais c’était certainement la première fois que je quittais mon monde occidental. Je voulais découvrir une culture avec des valeurs, des croyances, un mode de vie, et des gens différents. Et en choisissant l’Inde, je fût plus que servie en termes de dépaysement, croyez-moi.

En toute honnêteté, ce voyage fut psychologiquement très éprouvant. Quand on est immergés dans un pays ou tout est différent et ou l’on a perdu tout repère, c’est la panique. On se demande ce qu’on fait là, pourquoi on ne comprend rien de tout ce qui se passe. Et quand on se promène dans un pays comme l’Inde avec nos beaux vêtements, notre sac à dos high-tech et notre Lonely Planet en main, on est évidement la cible de tous les mendiants du coin… C’est une chose de savoir qu’il existe des inégalités dans le monde au niveau des richesses et de la santé, mais c’est une autre chose de voir ces gens vous implorer de leur donner quelques roupies…

Je sais que je ne peux pas changer le monde, mais pour moi, être sensible à ces réalités et ces enjeux est déjà un bon début et quand j’ai entendu parler d’IFMSA, je savais que c’était le comité dans lequel j’allais m’impliquer au cours de mes études en médecine.

Me voici maintenant embarquée dans la délégation québécoise du RM, qui me permettra d’échanger et d’être plus sensibles aux différentes réalités en terme de santé et d’équité. Et l’expérience s’annonce enrichissante et très intense! Le comité de santé mondiale n’existant pas ailleurs qu’au Québec, je participerai donc aux sessions du SCORA. Un peu stressant, je ne suis pas très familière avec les projets et les enjeux importants de ce comité, mais j’y vois surtout une occasion d’élargir mes connaissances sur un tout autre sujet. Et pouvoir ramener un peu de ce que j’apprends dans mon coin de pays!

Prochain billet (bientôt, bientôt) : Plus de précision sur mes objectifs pour la rencontre!