← Retour au site d'IFMSA-Québec

Alissar Jaber

Première entrée

«Connais-toi toi-même» disait Socrate. Une bien simple expression pour une tâche aussi complexe! Ce n’est pas simple de se présenter, il faut d’abord savoir se définir, c’est pourquoi j’ai repoussé cette tâche le plus longtemps possible. Mais maintenant je n’ai plus le choix, je dois le faire : le départ est dans 2 jours!

Je m’appelle Alissar Jaber et je suis dans ma deuxième année de médecine à l’Université de Montréal. Pour commencer par le commencement, je suis née à Beyrouth, d’un père Libanais et d’une mère Syrienne, mais Montréal est ma maison. Ça m’a toujours fascinée ce mélange des cultures et la multitude d’identités qu’une personne peut porter en elle. J’ai côtoyé depuis mon enfance des gens de partout à travers le globe et cette quête identitaire fait partie de moi depuis toujours. C’est peut-être pour cela que j’aime autant voyager, partir loin et découvrir les autres, dans ce qu’ils ont de plus différent, mais aussi de plus universel!

Universel comme la santé des Hommes. Je suis en train de lire Mountains beyond Mountains , livre sur la vie de Dr. Paul Farmer, et l’auteur cite le docteur comme suit : «I don’t know why everybody isn’t excited about it». Il parlait de la médecine. Moi je n’ai pas toujours voulu devenir médecin, mais cette phrase résume bien comment je vois notre future profession aujourd’hui. Je trouve qu’on a de la chance d’avoir pour objet d’étude un bien aussi cher aux yeux de tous et l’art de soulager les maux d’autrui.

Je me suis toujours intéressée, par des lectures et des petites implications un peu partout, aux relations internationales, à la justice sociale et aux divers facteurs qui faisaient que nous, humains, n’étions pas tous réellement égaux face à la vie. Malheureusement, je ne connaissais pas vraiment IFMSA l’année dernière et c’est donc maintenant la première fois que je m’implique dans l’association, plus précisément au sein du comité de santé publique (SCOPH). Pour moi mon implication n’est qu’un tout petit geste dans la vaste marre des problèmes du monde, mais j’ai l’optimisme de croire que peut-être la somme des petits efforts de chacun d’entre nous pourra changer quelque chose!

Dans un autre ordre d’idées, j’aime les arts en général, je dessine, je peins et je regarde un film dès que j’ai deux heures de libre. J’essaie d’aimer le sport, mais ça ne fonctionne pas : après 20 ans au Canada, je ne sais toujours pas skier convenablement…

En bref, j’ai hâte de participer à cette rencontre régionale! Je pense que je vais y apprendre beaucoup, rencontrer des personnes passionnantes et passionnées et, je l’espère, ramener des idées à partager à mon retour.